Vous êtes ici : Accueil > Ouverture culturelle et internationale > 7ème Université d’Été du Secteur Langues du GFEN (24-26 août 2015)
Publié : 7 juin 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

7ème Université d’Été du Secteur Langues du GFEN (24-26 août 2015)

Débuter : premiers pas, premiers actes, premiers essais…
pour l’apprenant, pour l’enseignant

Débuter est à la fois exaltant et angoissant. C’est l’exaltation de
l’aventure dans laquelle on se lance, l’entrée dans une nouvelle
scène, la « grâce de l’ignorance » qui ne demande qu’à accéder au
savoir. C’est aussi l’angoisse de l’inexpérience, de l’erreur, du
regard de l’expert sur le novice. Débuter c’est toujours prendre un
risque et cela nécessite que le débutant puisse jouir à la fois de
sécurité et d’exigence pour opérer les déplacements —
étymologiquement, débuter signifie déplacer — nécessaires au
nouvel(nouveaux) apprentissage(s) visé(s).
Ces caractéristiques se retrouvent à la fois chez le débutant dans le
métier d’enseignant et chez l’apprenant qui débute l’apprentissage
d’une LE : craintes et enthousiasme, plus ou moins exprimés ou contenus
 ; déplacements à opérer vis à vis des croyances,
représentations-obstacles, conceptions du métier, de la langue, de la
culture, des significations accordées à l’acte d’apprendre et
d’enseigner, aux comportements, à l’idée d’autorité, etc. Force
est de constater la prégnance des expériences passées à l’école, qui
dictent les comportements présents et définissent subrepticement des
normes auxquels on adhère sans questionner leur validité ou leur
efficacité.

La 7ème Université d’Été du Secteur Langues du GFEN propose de
travailler ce que débuter veut dire aussi bien pour l’élève,
l’étudiant, l’adulte en formation, pour tout apprenant, en somme, dans
la première partie de son développement.
Comment entretenir cet enthousiasme constaté chez les apprenants les plus
jeunes — en âge et dans le domaine visé — et accompagner la prise de
risque, l’engagement nécessaire, les premiers pas, les essais et les
erreurs ?

Comment susciter le questionnement des expériences passées, des routines,
provoquer la perturbation, le conflit cognitif et à la fois proposer,
autoriser les déplacements ? Comment conjuguer sécurité et exigence,
stabilisation et nécessité de faire évoluer les techniques, les savoirs
et les valeurs ? Comment aider à accepter l’incertitude, à construire
un regard neuf et des réponses plus pertinentes face aux nouveaux
problèmes rencontrés ?
Comment débuter chaque fois qu’une situation nouvelle se présente —
le premier jour de l’année, un nouveau cycle, une nouvelle filière, la
reprise après les vacances, etc… —, nouveau défi à relever ?
Comment sortir de l’isolement, apprendre à coopérer, trouver des
ressources, éviter l’épuisement précoce face à des situations
difficiles ?

Telles sont les questions et les enjeux que cette Université d’Été se
propose de mettre en travail à travers les ateliers (démarches vécues
dans différentes langues, projets, chantiers de réflexion) et les apports
de la recherche, plus particulièrement cette année avec l’intervention de
Philippe Meirieu.

Toutes les modalités d’inscription, le programme et le bulletin
d’inscription sont sur ce site : http://gfen.langues.free.fr

Voir en ligne : http://gfen.langues.free.fr